Abstrait ≠ Concret

≠ Une actualité originale. Mais pas seulement…

Abstrait ≠ Concret header image 2

DEUX MILLIONS A VIVRE DANS LES CIMETIERES DU CAIRE

mai 29th, 2008 · 3 Commentaires · N'importe Quoi

Crédit Photo: Isabelle Bandela – 1999

Il y a quelques semaines, lors d’une exposition au CCCB de Barcelone, plus ou moins l’équivalent  local d’un Palais de Tokyo parisien, j’ai eu l’occasion de découvrir un phénomène surprenant. Tout d’abord pour remettre les choses dans leur contexte, l’exposition intitulée « Post-It City » consiste en une succession de mini-espace consacré à un phénomène étonnant et propre à une ville dans le monde. D’où le concept de Post-It. Pour le reste, les supports sont assez classiques à savoir textes, photos et vidéos principalement.  Un petit papier sur l’expo est à venir sur l’Etrange Blog de l’ami Milom pour ceux que ça intéresse.

Pour le reste, le « Post-It » sur les cimetières du Caire m’a franchement impressionné. J’ai ainsi pu découvrir que des centaines de milliers de familles qui vivent dans la misère la plus complète, ne trouvent aucune autre alternative à celle de s’y installer pour y habiter. C’est par exemple le cas dans la Cité des Morts où l’habitat est toléré depuis 1967. Les gens s’installent dans ces petites maisonnettes qui rappellent un peu celles qui parsèment le cimetière du Perre Lachaise.

Le phénomène qui pourrait paraître chaotique pour un néophyte dissimule en fait une organisation très minutieuse où chaque cimetière est organisé en quartiers, chaque quartier comprenant plusieurs tombeaux et son croque-mort (tourabi) attitré, en charge de l’entretien des lieux. Il y a ensuite bien souvent un  patron (mu’allem) qui contrôle plusieurs quartiers et s’occupe, pour sa part, des vivants. Un peu concierge, un peu agent immobilier, il encaisse les loyers (entre 1,5 et 3 € par mois) et perçoit parfois un pas de porte qui lui permet de vivre plus que confortablement.

Pour certains de ces « vivants parmi les morts », habiter dans un tombeau implique un petit arrangement avec la famille du défunt avec qui ils sont forcés de cohabiter. Les familles, en plus de donner leur consentement pour transformer la tombe en habitat de fortune, donnent bien souvent un peu d’argent à ces « locataires » particuliers, s’assurant ainsi que le caveau et le corps du défunt soient protégés d’éventuels pillards et notamment d’étudiants de médecine peu scrupuleux.

Certaines familles vivent avec un confort relatif, à savoir un mobilier sommaire, un lavabo et éventuellement des toilettes et même une douche dans une tombe voisine. La salle à manger et la chambre, bien souvent, ne font qu’un, au dessus de la chambre funéraire où reposent les morts. Surprenant toutefois, la télévision est omniprésente, et les paraboles ne sont pas rares, grâce à quelques branchements électriques bidouillés et reliés aux quartiers voisins.

Si le phénomène n’est pas très facile à identifier pour un touriste, cela n’empêche pas le fait qu’ils seraient environ 2 millions à vivre ainsi dans les cimetières du Caire, symbolisant de manière criante la crise économique qui ronge le pays. Pour une ville de presque 18 millions d’habitants, ce serait tout de même plus de 10 % de la population qui serait concernée. Cette situation est très difficile à accepter pour les enfants ou les adolescents qui le vivent comme une honte, notamment à l’heure de présenter le futur époux ou la future épouse à la famille.

Pourtant une fois la nuit passée, ce sont souvent les familles des défunts qui reprennent possession du lieu et se recueillent comme si de rien n’était. Seuls quelques uns, dont tout le monde a sans doute oublié qui  peut bien reposer en paix en dessous de ce qui leur sert d’habitat, sont autorisés à rester la journée aussi. Drôle de vie toujours est-il…

ENVOYER CET ARTICLE PAR EMAIL ENVOYER CET ARTICLE PAR EMAIL

Tags: ······

3 réponses pour le moment !? ↓

  • 1 grellety // juin 2, 2008 at 14:31

    Pourquoi parler de « crise économique » (puisque une « crise », par nature, quel que soit son domaine, est provisoire), alors qu’il s’agit du pendant de l’enrichissement d’un tout petit nombre d’egyptiens pendant que la majorité peut survivre sans vivre… ? ! Voilà l’exemple d’un peuple dans une situation dramatique : d’un côté la clique de Moubarak, de l’autre les islamistes fous… Moi, si j’étais egyptien, je dirais « au secours », je lancerais un SOS…

  • 2 Osmany // juin 3, 2008 at 16:33

    J’ai appris comment s’appelait cette zone du Caire en regardant le film « whatever Lola Wants »…

  • 3 Loïc Rechi // juin 5, 2008 at 23:44

    grellety > oui c’est vrai que l’Egypte est dans une situation pour le moins critique. Je te conseille d’ailleurs de lire « La Guerre Cachée » de Lawrence Wright (Pulitzer 2007) qui traite de l’émergence du terrorisme islamiste, et fait la part belle à l’évolution de la situation egyptienne depuis 1945.

    Osmany > Tiens c’est curieux je n’en avais jamais entendu parlé. merci pour la référence.

Ecrire un commentaire

Additional comments powered by BackType