Abstrait ≠ Concret

≠ Une actualité originale. Mais pas seulement…

Abstrait ≠ Concret header image 2

LA LEGION ROMAINE PERDUE A T-ELLE ECHOUE EN CHINE?

décembre 14th, 2010 · 22 Commentaires · Culture

Régulièrement depuis 1955, scientifiques, historiens et anthropologues contemporains se prennent sur la tête sur l’existence ou non d’une légion romaine qui – au gré de pérégrinations plus ou moins foireuses – aurait fini sa route dans le fin fond de la Chine. Dans la mesure où le concept de Chinois blond perdu au milieu de la steppe a tout d’une anomalie, il faut bien reconnaitre que les questions qui taraudent quelques élites intellectuelles de notre petite planète ont quelque chose de légitimes. Et puis après tout, des mecs qui rêvent d’une vie qui n’est pas censée être la leur, ce n’est finalement qu’un schéma universel. Chez nous on a bien des blaireaux qui s’échangent des cartes de visite dans des salons professionnels en rêvant d’être des artistes ou des artistes qui racontent de la merde en pensant être les portes-parole de ta pauvre condition de mec lambda. Alors tant qu’à faire, des Chinois qui se prennent pour des Romains, on n’est pas à ça près.

Depuis des années déjà, il existe à Ligian, un village chinois aux portes du désert de Gobi, un petit groupe de Chinois qui vit avec l’intime conviction qu’ils ont un truc spécial. Ces villageois seraient donc les lointains descendants d’une légion romaine qui aurait atterri là-bas à la suite d’une antique bataille ayant mal tournée pour leurs gueules. Si l’histoire n’a jamais pu être prouvée, leurs interrogations reposent par contre sur quelques éléments assez troublants. Parce que des Chinois aux yeux verts ou bleus, avec des nez très longs et même parfois des cheveux blonds, il faut être honnête, ça ne court pas les rues, d’autant plus dans le trou du cul du nord-est de la Chine. Mais si ces drôles de Noichs ne sont pas capables d’expliquer rationnellement ces traits physique si particuliers, ça ne les empêche pas de se filer des petits surnoms un peu télécommandés qu’on pourrait traduire par Thomas le Romain ou Michel le Légionnaire. Tous ou presque en sont convaincus, ils seraient en fait les descendants de la légion perdue.

L’histoire de nos drôles de Chinois nous ramène donc deux mille ans en arrière, en 53 avant le Christ. A l’époque, Marcus Crassus – un général et homme d’Etat romain de premier plan – s’embarque dans une bataille un peu tendue dans l’idée de conquérir la Parthie, un bout territoire de l’actuel pays dirigé par ce sympathique Mahmoud Ahmadinejad. Mis à part le fait d’avoir mis fin à la révolte de Spartacus, le Marcus Crassus a peu de faits d’armes à foutre à son crédit. Cherchant à se doter d’une street-cred comparable à celle d’un César ou d’un Pompée – avec lesquels il règne cela dit sur la République – il part de Rome épaulé par sept légions malgré un certain nombre de signes défavorables. L’histoire tourne évidemment au vinaigre et Crassus se fait honteusement botter le cul et crève finalement à Carrhae, un bled de l’actuelle Turquie, sans que l’on sache réellement ce qu’il advint du reste de son armée. C’est alors qu’entre en jeu dans les années 50, la théorie d’Homer Dubs, un historien sinologue américain de l’université d’Oxford. S’appuyant sur des ouvrages de Plutarque, Pline ou encore Le Livre des Hans de L’Est, il avance que certains légionnaires de l’armée de Crassus, sentant la débâcle à venir, auraient en fait pris le parti de se tirer tant qu’il en était encore temps, faisant route vers l’est pour échapper à l’ennemi.

Les versions varient parfois légèrement, mais en gros, ces derniers seraient alors devenus des mercenaires parcourant la région de front en front. Certains d’entre eux combattant aux côtés des Huns contre les Chinois auraient fini par se faire capturer une quinzaine d’années plus tard, en -36 avant Jesus, durant une bataille au cours de laquelle les Chinois prirent la capitale des Huns – l’actuelle Tachkent en Ouzbékistan. Acceptant la reddition d’un millier de combattants, les Chinois auraient pris le soin de tout de même embarquer 145 d’entre eux. Dubs en est persuadé, il ne peut s’agir que de combattants issus de la légion perdue de Marcus Crassus. Pour appuyer sa théorie, il fait notamment référence à certains textes mettant en avant que les mercenaires capturés et décrits dans les histoires avaient la particularité de se déplacer dans « des formations décrites comme des écailles de poisson ». Or, ce point précis n’est pas sans rappeler les fameuses formations défensives dite de la tortue romaine, cette masse rectangulaire un peu ridicule qui se faisait perpétuellement défoncer par un gros tas et un nain moustachu dopés aux stéroïdes dans une bande-dessinée un peu débile bien de chez nous. Quelques temps plus tard, les lascars auraient été finalement relâchés dans les steppes de l’ouest chinois, leur laissant tout le loisir de s’établir tranquillement, fonder le village de Ligian et au passage engrosser quelques locales trainant dans les parages.

Théorie fumeuse ou pas, toujours est-il que la légende de la légion perdue de Marcus Crassus a pris racine du côté de Ligian notamment parce que certains historiens chinois ont continué à soutenir à la théorie de Dubs, même après son décès en 1969. Avec les années, des scientifiques ont donc cherché à vérifier le bien fondé de ces allégations. Ainsi, en 1999, des généticiens venus de Pékin prélevèrent le sang de 200 villageois et 46% des tests révélèrent une forme de lien génétique avec des Européens. En 2007, d’autres scientifiques s’y rendirent à leur tour pour effectuer de nouveaux prélèvements d’échantillons sanguins sur 93 personnes avec des gueules un peu spéciales, des individus parfois stigmatisés, les autres soupçonnant qu’ils puissent être atteint de maladie de peau. Bizarrement pourtant, depuis 2007, l’histoire était complètement tombée en désuétude sans qu’on ne sache réellement ce qu’il était advenu des tests. Puis ces dernières semaines, deux journaux anglais – The Telegraph et The Daily Mail – ont refoutu le couvert, révélant de nouveaux tests qui démontraient que certains villageois avaient un ADN présentant 56% d’origine caucasienne.

Cai Junnian, l'un des descendants supposés de la légion perdue

Et fort logiquement, avec la pression médiatique consécutive à ces nouvelles révélations, les affaires du côté de Ligian s’excitent de nouveau. Des archéologues envisagent désormais de conduire des fouilles dans la région, le long de l’ancienne route de la soie afin de découvrir de nouvelles ruines de forts ou de structures qui auraient été construits par des Romains, certains vieux écrits attestant de leur existence. Si ces nouveaux tests ADN relancent donc une nouvelle fois la légende de la légion perdue, ils attisent aussi – sans surprise – de vieilles querelles. Historiens et spécialistes s’opposent car la majorité d’entre eux croient sincèrement que les contacts entre les deux empires n’ont jamais été qu’indirects, fruits d’échanges successifs entre les peuples séparant les deux régions. Pour les adversaires de la théorie de Dubs, à l’instar de l’anthropologue italien Maurizio Bettini, seule la découverte dans les parages d’armes ou d’objets imputables à l’empire romain prouveraient que l’histoire de la légion perdue n’est pas qu’une légende. D’autres opposants à cette belle histoire rappelent également sans cesse qu’il faut arrêter de se branler sur le concept même de légion romaine, celles-ci étant très souvent composées de mercenaires absolument pas natifs de la République de Rome.

Dans le fond, comme pour bon nombre d’histoires qui nous ramènent à des époques que l’on arrive à conceptualiser au mieux au regard des films et des bouquins qu’on a vu ou lu, on ne connaitra probablement jamais la vérité sur la légion perdue. Mais qu’importe, les Noichs de Ligian, eux, semblent absolument conquis par cette perspective d’avoir un petit truc différent de leurs compatriotes. Alors franchement, une fois n’est pas coutume, au lieu de les abrutir comme on sait si bien faire avec des concepts capitalistes, on pourrait leur faire croire que c’est vrai. Ca pourrait d’ailleurs engendrer le postulat de départ pour une putain de bande dessinée; l’histoire d’une bande d’irréductibles Chinois qui tenteraient de plomber la politique libéralo-fasciste de leur gouvernement en se dopant grâce à une potion magique, l’espoir.

ENVOYER CET ARTICLE PAR EMAIL ENVOYER CET ARTICLE PAR EMAIL

Tags: ······

22 réponses pour le moment !? ↓

  • 1 Vadim // déc 14, 2010 at 5:44

    prem’s.

    super pédé la conclusion mais j’suis un grand fan de cet article twitstory qui fait entendre une voix dissidente. j’espère que ta source n’est pas tarie.

  • 2 marty // déc 14, 2010 at 8:52

    deu’z.
    chui tro kontan detre deu’z.

    sympathique article ! ils pourraient aller un poil plus loin dans leurs tests adn, quoiqu’en 2000 ans, il est probable que quelques random backpacker’s un peu sexuellement excites aient sevi dans le coin…

  • 3 Tweets that mention LA LEGION ROMAINE PERDUE A T-ELLE ECHOUE EN CHINE?, LA LEGION ROMAINE PERDUE A T-ELLE ECHOUE EN CHINE? » Post » Abstrait ≠ Concret -- Topsy.com // déc 14, 2010 at 8:56

    [...] This post was mentioned on Twitter by Genaro Bardy, Alexandre Ultré. Alexandre Ultré said: #veille LA LEGION ROMAINE PERDUE A T-ELLE ECHOUE EN CHINE? http://is.gd/iIkWP [...]

  • 4 Paul // déc 14, 2010 at 9:08

    Troisz

    Ce ne sera jamais rien de plus qu’une bande de trolls !

  • 5 jesuisunblog // déc 14, 2010 at 11:42

    En tout cas, comprenons les, il est plus honorable de descendre d’une légion romaine que des défloraisons sauvages de soldats Japonais sans foi ni loi.

  • 6 Sylvain // déc 14, 2010 at 13:22

    Bonjour, je suis Ridley Scott, je vous achète votre article pour en faire un film avec Russel Crow.

  • 7 David // déc 14, 2010 at 17:11

    Par curiosité après la lecture de l’article, j’ai interrogé un historien spécialiste de l’armée romaine avec qui je suis en contact (Yann Le Bohec).

    Il m’a répondu qu’il était « vraisemblable que des légionnaires échappés du désastre de Carrhae aient pu gagner la Chine ».

    Apparemment sur cette bataille, il y a un ouvrage de référence écrit par Giusto Traina dont la traduction française est en cours.

  • 8 Loïc H. Rechi // déc 14, 2010 at 19:08

    David > Cool de ta part d’être allé vérifier. En fait, la théorie de Dubs n’a absolument rien d’invraisemblable. Le mec s’est appuyé sur pas mal d’ouvrages, a recoupé les sources et en a déduit que la probabilité que ces Chinois descendent de légionnaires romains n’avait rien d’incongrue. Après c’est comme pour tout, ça demande des preuves tangibles, c’est là que les opposants sont dans leur rôle. De toute façon, c’est exactement ce que font tous les anthropologues. La rhétorique est toujours la même et ils finissent toujours par demander des preuves à leurs adversaires. Les autres rétorquent parfois « et vous amenez-moi la preuve que ce que je dis est faux ». Et puis on en finit jamais…

  • 9 Jordan // déc 14, 2010 at 20:50

    Nouvel article sur http://la-vie-en-vrai.over-blog.com
    De meilleure qualité, mieux construit et bien plus travaillé que les précédents ;)

    Très bon article sinon Loïc, j’apprécie toujours autant ton travail :)

  • 10 babyface // déc 15, 2010 at 12:01

    pas étonnant, la Chine étant le plus vieux peuple civilisé, il serai tout à fait possible que des romains ayant peur du courou de leur empereur après la raclée qu’ils ont prise préféraient déserter le plus loin de leurs terres, qui plus est dans un empire aussi puissant que la chine. Quelle dommage tout de même que les écrits de l’empire du milieu ont aussi mal traversés les ages. A lire également :1421, l’année où la Chine découvrit l’Amérique.

  • 11 Glinglin // déc 15, 2010 at 16:22

    « Chez nous on a bien des blaireaux qui s’échangent des cartes de visite dans des salons professionnels en rêvant d’être des artistes » -> mouche !

  • 12 Psychopompos // déc 15, 2010 at 19:55

    Ca me rappelle l’histoire des « Kalash » (sic !), une minuscule ethnie du Pakistan dont les membres (typés européens) affirment descendre de l’armée d’Alexandre le Grand.

  • 13 BlackMass // déc 30, 2010 at 20:54

    gars
    on y croit pas une seconde
    des francais blonds
    avec des moustaches
    qui cassent du ro(u)main
    improbable
    par contre, j’ai bien ri quand j’ai compris que ca se passait dans le Vercors
    ils sont fous ces bergers…

  • 14 Izem // jan 3, 2011 at 16:20

    J’ai un truc qui va t’eclater Loic : Des archéologues sur la piste des Aryens

    http://www.maxisciences.com/aryen/des-archeologues-sur-la-piste-des-aryens_art11497.html

  • 15 Iliya // jan 16, 2011 at 12:16

    ouais, le coup de l’adn commun c’est pas neuf. Si tu remontes le courant tu peux te rendre compte que les origines indo-européennes de l’homme caucasien se retrouve vachement chez des gars d’origine ouïghour (le type racial, pas la nationalité). Et puis pour avoir vécu en Ouzbékistan et dans la région d’Asie Centrale, les gars de type caucasien t’en as des chiées. Puis les ruskovs ont lancés des colonies dans la région de la mer noire jusqu’au tienchan depuis plus de quatre siècles, alors le coup des romains là… Puis t’oublies les troupes d’Alexandre le Grand qui se sont aussi disséminées de la Perse jusqu’à l’Inde, alors pourquoi qu’ils auraient pas tapé une petite pointe de mélange génétique jusque chez les niakwés hein ?

  • 16 Swarskin // mar 12, 2011 at 13:57

    je viens de voir et je fais parti des historiens qui ni croient pas. Pour ce genre d’affaires, faut rester sérieux, la parole d’un romain est inaliénable et jamais ils ne se seront barrés contre leur général. De plus une légion représente 5000 hommes et ca disparaît pas comme ça. Et quand ils disent que la légion romaine est composé essentiellement de mercenaires, il n’y a rien de plus faux, à la fin de la république, la légion romaine est composé entièrement d’italiens qu’on appelle allliés et les légionnaires qui viennent de la cité de Rome. Bref, que ce soit des marchands qui au fil des âges aient eu des relations avec les chinois.

  • 17 fabrice // avr 12, 2011 at 5:20

    Je ne connaissais pas, passionnant.
    Cela ferait un bon film en effet!
    Encore une de ces légendes que l’histoire a produite! Heureusement il en reste de non résolue…;

  • 18 Wiz // mai 11, 2011 at 15:32

    Le style faux djeunz est lourdingue.

  • 19 Un passant // juil 27, 2011 at 22:56

    On a aussi découvert des momies de type celte en Chine, assimilée au peuple des Tokhariens. Ils partagent quelques éléments de culture avec les celtes mais qui n’en sont pas. Leur langue aurait aussi une parenté avec la branche germanique.

    Comme quoi, même la sempiternelle vision du Chinois petit, aux yeux bridés et aux cheveux noirs doit être nuancée.

  • 20 just // mar 15, 2012 at 12:01

    vue le langage de l’auteur de cette article, j’ai l’impression qu’il a eu une éducation dans le troue du cul du monde.

  • 21 Légion // jan 4, 2013 at 9:29

    Un bel article dans le fond mais vulgaire dans les expressions. just a peut-être raison quant à l’éducation du rédacteur lol

  • 22 bbcc // nov 29, 2014 at 9:37

    ne se pourrait-il pas que ce soit en fait des descendant de la grande arméé d’alexandre le grand? Vu qu’ils sont aller en Afghanistan ils auraient pu s’intaler dans cette paartie de la chine au confit de l’empire perse de l’époque,non?

Ecrire un commentaire

Additional comments powered by BackType