Abstrait ≠ Concret

≠ Une actualité originale. Mais pas seulement…

Abstrait ≠ Concret header image 2

DE LA DIFFICULTE DE TROUVER DES SOURCES CREDIBLES SUR LES LEGENDES UFOLOGIQUES

mai 23rd, 2011 · 11 Commentaires · Ailleurs

Samedi soir dernier – à peu près au moment où DSK demandait « De quoi s’agit-il? » à des officiers américains dans un avion d’Air France – je me trouvais pour ma part au fin fond de l’arrière pays niçois, au Col de Vence, un endroit considéré comme un haut-lieu de l’observation ufologique en France. A l’occasion de ce reportage qui sortira dans quelques semaines dans Snatch Magazine, le type qui nous servait guide au milieu d’un paysage lunaire, dans une ambiance nocturne et franchement glaçante, nous toucha quelques mots sur un phénomène à ce jour inexpliqué: les artefacts de l’Oural. L’histoire étant alléchante, j’ai un peu sondé les internets – faute de mieux – pour voir ce qu’il s’y racontait. Je n’ai pas été déçu du voyage.

Des micro-artefacts découverts dans l’Oural

Dans la mythologie des ufologues, les artefacts seraient ainsi des objets de provenance extraterrestres qui auraient été abandonnés – délibérément ou pas – par d’étranges visiteurs. Selon les informations glanées sur la toile, l’histoire de ceux de l’Oural remonte à l’année 1991, soit à peu près au moment où le régime soviétique s’effondrait dans une effusion de joie et de vodka. Dans cette chaine de montagne habituellement désignée comme la frontière géographique entre Europe et Asie, des chercheurs d’or locaux découvrent donc de bizarres petits objets alors qu’ils font leur petite affaire sur le petit fleuve Narada du côté oriental de la Montagne.

Ressemblant étrangement à de petites spirales – du genre tire-bouchon – ces micro-artefacts ne dépassent pas les trois centimètres pour les plus gros d’entre eux, les plus infimes étant de l’ordre du millième de millimètre. Ils attirent alors immédiatement l’attention des autorités de l’ex-URSS qui dépêchent des cohortes de scientifiques de l’Académie des Sciences russe de Syktyvka, de Moscou et de Saint-Petersbourg pour déterminer de quoi il en ressort. Les hommes en blouse blanche ramènent leurs boules et se soumettent à des prélèvements plusieurs mètres sous la surface. Et bingo, ils découvrent à leur tour d’autres petits objets intrigants dans le pléistocène supérieur de la montagne – une couche géologique correspondant à une époque estimée entre 11 000 et 130 000 années.

De retour au labo, les chercheurs apprennent que les objets sont composés principalement de tungstène, de molybdène et de cuivre et ne tardent pas à les qualifier de nanotechnologies. En raison des températures de fusion très élevées qui sont requises pour façonner les métaux en question – notamment 3422° pour le tungstène – et de l’âge estimé de la couche géologique, la possibilité qu’ils aient été le fruit du travail de nos prédécesseurs historiques est tout de suite écartée. Et forcément, l’explication extraterrestre ne tarde pas à surgir. A tel point qu’elle est évoquée dans le rapport final.

Un article qui fait date…

Quelques années plus tard, Hartwig Hausdorf, un ufologue allemand notoire s’emballe alors dans un article publié en 1997 au sein d’un obscur journal allemand intitulé « Ancient Skies ». Il attaque son affaire tambour battant:

« La découverte, il y a environ un an, de possibles artefacts dans la couche supérieure du pléistocène des montagnes de l’Oural a conduit à de violentes disputes. Sont-ils vraiment les restes d’une technologie extraterrestre ou simplement quelques déchets industriels de notre époque? Le rapport de l’Institut Scientifique de Recherche en Géologie et Métaux Précieux et Non-Précieux de Moscou qui vient d’être traduit en allemand laisse en tout cas ouverte la possibilité d’une origine extraterrestre. »

Le corps de l’article reprend ensuite exactement toutes les informations que j’ai donné ci-dessus à savoir l’endroit de la découverte, la taille des objets, le travail des scientifiques russes. Il conclue alors son affaire dans une prose pour le moins enthousiaste.

« Mis à part ces quelques subtilités, les objets sont évidemment le produit d’une technologie inexplicable et hautement avancée. Ils ressemblent de manière remarquable à des éléments de contrôle utilisés dans les micro-appareils, fruits des toutes dernières technologies qu’on appelle nanomachines. Ces technologies en sont à peine à leurs balbutiements chez nous, mais certains ingénieurs imaginent déjà des applications qui sont de l’ordre de la pure science-fiction. Entre autres choses, ils envisagent de construire des micro-sondes médicales qui pourraient être implantées, notamment pour mener des opérations dans les vaisseaux sanguins, qui ne sont pas possible avec les moyens chirurgicaux d’aujourd’hui. »

… à tel point qu’il devient l’unique source

Ce qui est intéressant dans cette affaire – sans se prononcer sur son caractère véridique ou non – est que son traitement sur le web repose en définitive sur un seul article. Tout ce qui est dit dans les forums et raconté sur des blogs provient exclusivement du papier initial de Hartwig Hausdorf, sans qu’on ne sache vraiment d’où il a lui-même tiré ses infos.  Et c’est d’ailleurs volontairement le cas de tout ce que vous avez pu lire dans la première partie de ce papier.

Dans un second article daté de 1998, Hausdorf mentionne bien quelques sources, notamment les propos d’un docteur  dénommé Valerii Ouvanov ou d’une scientifique appelée E. W. Matveyeva, mais n’importe quel journaliste un peu scrupuleux serait bien en mal de confirmer ou d’infirmer quoi que ce soit. Et c’est bien là le problème avec de nombreux phénomènes ufologiques. L’information sort de nulle part, est reprise par des internautes n’en gardant que ce qui les intéressent. Les sources initiales, déjà très bancales se perdent souvent, et le lecteur finit par se retrouver avec un tas d’inepties sans preuve à l’appui.

Comme me l’expliquait mon ufologue sur la côte d’azur le week-end dernier, il est aussi tout à fait envisageable que la vérité dans cette histoire d’artefacts mystérieux puise son essence dans une réalité bien plus rationnelle. La couche géologique supposément vieille de plusieurs dizaines de milliers d’années a très bien pu être triturée par quelques industriels soviétiques, qui auraient laissé quelques vestiges de leur activité ça et là avant de foutre le camp.

Les ufologues pas dupes

Pour autant, tous les afficionados d’ufologie ne sont pas des illuminés. Certains sont même des gens que l’on pourrait qualifier d’assez scrupuleux. Au gré de mes recherches sur les sites traitant de la question, je suis notamment tombé sur une discussion datée de 2008 d’un forum ufologique québécois où un modérateur calmait rapidement son monde, bien qu’on sente son envie d’y croire:

« Je ne sais pas si c’est un canular, une méprise ou une découverte signifiante. Le fait que le texte de Hausdorff (From: Ancient Skies, German Edition 2/19/97) remonte à plus de 10 ans et qu’on ne trouve pratiquement rien là-dessus sur le net, est un gros mauvais point au dossier.

À titre de comparaison, quand l’Homme de Flores a été découvert, ça a pris à peine un an avant qu’on publie deux articles là-dessus dans la revue Nature. Mon hypothèse de vraisemblance maximale tourne donc, présentement, autour de: Un hoax de Hausdorff (ou auquel il s’est laissé prendre) à peu près aussi tordu que celui-là. Ceci dit, j’espère me tromper et que ceux qui détiendraient ces spécimens cessent de les cacher. Dix ans, c’est bien assez long… »

Sur certains sites, d’autres vont même encore plus loin que notre cousin québécois en affirmant purement et simplement que l’histoire a été résolue:

« Après analyse, il apparaît que ces prétendus artefacts sont des déchets de fabrication d’une usine soviétique oubliée, qui ont été enterrés là. De plus, la datation de la couche « géologique », qui était une couche artificielle, s’est révélée fausse. Tous les objets ont été identifiés : par exemple, les spirales de tungstène sont des filaments pour des ampoules d’éclairages. « 

Mais dans ce cas également, pour ce qui est d’une source potentielle pour confirmer de telles allégations, le lecteur peut bien se brosser. Bien évidemment, je me cogne que des histoires de ce type circulent sur le web – chacun peut bien croire ce qu’il veut – mais le processus de propagation d’informations bidons a tout de même quelque chose d’assez étonnant, pour ne pas dire risible, si tant est qu’on soit capable de prendre un peu de recul, en cherchant de manière objective. Et puisque l’internaute de 2011 a montré avec l’affaire Ligonnès* qu’il était capable de faire ses petites enquêtes numériques tout seul, rien ne l’empêche d’en faire autant en matière d’ufologie. En fait, le plus hallucinant au sortir de cette histoire tient au fait que je suis absolument incapable de dire si cette histoire de chercheurs d’or faisant une découverte incroyable n’a même jamais existé. Quand bien même l’hypothèse d’extraterrestres alcooliques ayant oublié leur tire-bouchon après une beuverie dans les montagnes de l’Oural est séduisante.

LHR

*  A propos de l’affaire Ligonnès, je vous invite à lire ce papier sur les cyber-enquêteurs de l’affaire Ligonnès, que j’ai fait dans le cadre de la chronique plus ou moins régulière que je tiens chez Owni.

ENVOYER CET ARTICLE PAR EMAIL ENVOYER CET ARTICLE PAR EMAIL

Tags: ·······

11 réponses pour le moment !? ↓

  • 1 david // mai 23, 2011 at 16:24

    Super papier. Comme d’hab..

  • 2 Garc0n // mai 23, 2011 at 20:51

    Grandiose.

  • 3 clemano // mai 23, 2011 at 22:13

    Fabuleux et très étonnant.
    Je crois que c’est une particularité de l’ufologie, d’avoir des piste mais qui ne repose sur finalement rien de palpable.

    Enfin j’aimerai bien lire ton reportage complet.
    Merci :)

  • 4 Jahjah // mai 24, 2011 at 14:27

    Très bon article :D

  • 5 Smfvl // mai 24, 2011 at 14:35

    Très bon billet.

    btw « afficionados » ne prend qu’une seul « f ».

  • 6 Val // mai 25, 2011 at 18:39

    Bien électique, comme d’hab, donc parfait :D

  • 7 fef // mai 25, 2011 at 22:39

    Bon article, parlant d’un problème devenant de plus en plus actuel : la revisite de l’histoire par Internet.

    Attention une petite faute s’est glissée :
    « toutes les informations que j’ai donné »
    données* :)

  • 8 Jordan M. // mai 26, 2011 at 3:39

    Bon article comme d’hab. J’aimerais bien que tu traites de sujets chauds parfois (politique, sport…)
    Au passage, nouvel article sur mon blog, une critique du dernier Pirates des Caraïbes: http://la-vie-en-vrai.over-blog.com/m/article-74710060.html
    Enjoy!

  • 9 Dao // mai 27, 2011 at 16:03

    Salut, toujours très bon tes écrits !

    Tu (ré)ouvres 2 débats, aussi intéressant l’un que l’autre bien que complètement différents.

    Le premier sur l’existence (ou pas) d’E.T et l’absence de contact. Vue la relative jeunesse de notre espèce et notre niveau de développement technologique une espèce E.T plus vieille de ne serait-se que quelques milliers d’années devrait largement avoir les moyens et aurait du essayer de rentrer en contact avec nous (ou faire de nous leurs animaux de compagnie…). Mais non. (Théorie de l’Olduvaï…)

    Le deuxième sur l’Internet et son rôle dans notre société.
    Dans les commentaires fef parle du « problème » de « la revisite de l’histoire par Internet ». Un problème ?! en quoi remettre en cause et se poser des questions sur la versions officielles et consensuelles des événements est-il un problème ? La télé dit tellement plus de vérité c’est vrai…

    Bien qu’Internet soit à l’origine de phénomènes qui lui sont intrinsèque, je crois qu’il est avant un exhausteur, un miroir grossissant des comportements humains connectés. J’entends dire politocards et autres dire « Internet c’est le pire comme le meilleur », l’Homme c’est le pire comme le meilleur oui. Mr Toutlemonde aujourd’hui ne peut plus se faire entendre (il s’entend déjà à peine lui même) dans le brouhaha mondialisé. Internet sert donc d’amplificateur idéologique… pour le meilleur et pour le pire effectivement. Les idées ne naissent pas sur Internet mais dans la tête des gens.

  • 10 Jordan // juin 16, 2011 at 2:24

    Je me permets de poster ce lien: http://la-vie-en-vrai.over-blog.com/article-diltscrimination-76852159.html
    C’est un nouvel article de mon blog ou je tente de mettre en relation la théorie de Dilts et la discrimination. Ou plutôt comment j’essaie d’expliquer la discrimination par la théorie de Dilts.

  • 11 djoarountheworld // juil 6, 2011 at 14:29

    Fort intéressant comme toujours. Ton rythme de publications à nettement baissé ces derniers temps et ca nous manque !

Ecrire un commentaire

Additional comments powered by BackType